Les Templiers   Les Croisés de France   Les Croisades

Liste des Croisés Français connue

Liste des Croisés de France (51 à 100)
51
1147. Sebrandus Chabot volens ire in Jérusalem...
(Cartulaire de l'abbaye de l'Absie, manuscrit latin 17048, p. 33. — Versailles)

— 1190, décembre Messine. Thibaut Chabot, chevalier croisé, pleige un emprunt de croisés : « Ego Theobaldus Chabot, miles... »
(L, t. 1, f. 9. — CB, n. 11)

— J. Chabot, chevalier Croisé.
(G, t. l, f. 71)

— 1218. Sebrand Chabot, voulant aller à la croisade, engage ses biens à l'abbaye de Saint-Maixent.
(D. Fouteneau, XVII, 41, 135)

— 1228, Acre. V. Chabot, chevalier d'Acre, V. Ciabot, miles de Accone.
(O. L, II, 163)

— 1237, mai, Donation faite au prieuré de Saint-Clémentin (Anjou) par « Foulques Chaboz, chevalier, de saint-Clémentin, alors croisé pour la terre saincte »
(VL, t,2, Argenton ; t. 89, Vaucouleurs)

— 1860, 18 sire Thibaut de Chabot, comte Thibaut de Rohan-Chahot, croisé de Pie IX, gravement blessé à Castelfidardo.

52
1099. Pons, sire de Chalençon, à la croisade.
(Raymond d'Agiles. — Bongars)

— 1219. « Estienne de Chalençon, Evesque de Notre-Dame du Puy, croisé. »
(G, t. 1, f. 94)

— 1372. « Monsire de Chalençon » est au nombre « des princes et sires qui Furent contre les Sarrazins en Prusse. »
(ibid)

53
1249, juin, Damiette. P. de Chandon, « Petrus de Campodomni », chevalier ; emprunt.
(L, t. 2, f. 50. — CB, n. 171)

— 1270. « René de Chandon, chevalier, mort à Avignon des suites de blessures reçues au siège de Tunis. »
(MG, Chandon)

— 1374, (vers), Mort de Roger de Chandon, chevalier de Rhodes.
(Ibid.)

54
1191, Acre. Guichard Charpin, « Guichardus Cherpini » ; emprunt pleigé par H. de Talaru, chevalier.
(L, t. 1, f. 65. — CB, n. 4)

— 1206, Thessalie. D. Charpin, damoiseau, « Duractus Charpini, domicellus » emprunt
(L, t. 1, f. 152)

55
1210-1218. « Petrus Chape », l'un des barons du roy de Chypre.
(Cartulaire. de Sainte Sophie de Nicosie, n. 40. — SS, p. 315. — BD, 26) — « Les Seigneurs des royaumes de Jérususalem et de Chypre : la Baume, Chappe... » (BS, 16)

— 1250, (vers), Chypre. Nicolas Chappe, père de Gile, femme de Raymond de Mimars.
(DR, 550, 554)

— 1330. « Dominus Johannes Ceppa », un des barons du royaume de Chypre.
(ML, t. 1. p. 158)

— 1338, Nicosie. « Dominus Ballianus Cappe », l'un des Barons du royaume de Chypre.
(Ibid., p. 179)

56
1138, Acre, « Willelmus Capperons », témoin dune concession faite aux chanoines du Saint-Sépulcre.
(S3, p. 146)

57
1153, Jérusalem, « Rainaldus Karellus »
(MS, n. 11)

58
1249, Limisso. « Herveus dictus Calvus », croisé breton.
(CB, aux chartes de Limisso)

59
1099. Roger de Choiseul, chevalier, à la croisade
(Versailles)

— 1102, (vers). Roger de Choiseul, « Rogerius filius Rainerii de Casello, poslquam ... regressus est de lherusalem... » Donation à l'abbaye de Molesme.
(Cartulaire de Molesme)

— 1190, décembre, Messine. Raynald de Choiseul, chevalier croisé, « Renuldus de Choisello » emprunt pleigé par le comte de Bar.
(L, t. 1, f, 11. CR, n. 446)

— 1202, Donation par Pierre de Choisel, « Petrus Choiseaus Iherosoliman profecturus. »
(Chaalis. n. 287. PN, Choiseul)

— 1219, mai, Damiette. Raynald III, sire de Choiseul, chevalier, époux d'Alix de Dreux, arrière petite-fille du roi Louis VI et de la reine Alix de Savoie, Renaldus de Choisello, miles ; emprunt.
(L, t. 1, f. 173. — CR, n. 164, 421)

— 1297. Testament de Robert II, duc d Bourgogne, léguant 15.600 livres à messire Jehan de Choisuel, mon amé cousin, » connétable, de Bourgogne, pour passer outre mer et servir en la Terre Sainte par deux ans.
(D. Plancher, Histoire de Bourgogne, II, preuves, histories 145)

60
1141, Jérusalem, Milon le Clerc, « Milo Clericus », témoin de la confirmation du don de la terre d'Emmaüs aux Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem.
(PA, p. 21)

— 1143. « Cuillelmus Clericus », chevalier de Saint-Jean de Jérusalem
(PA, n. 22)

— 1146. « Arnulphus Clericus » accompagna à la croisade Enguerrand de Coucy.
(H, Stein, Cartulaire de Saint-Nicolas des Prés, 49)

— 1147, Jérusalem, « Milo Clericus », témoin d'une charte du roi Baudouin pour les Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem.
(D, p. 83)

— 1174, Jérusalem, Richilde, religieuse, fille de Milon le Clerc, « Richeldis de Ierusalem, filia Milonis Clerici. »
(PA, p. 244)

— 1156, Jérusalem, « Willelmus Clericus », notable de la Mahomerie, jure fidélité au Saint-Sépulcre.
(SS, p. 243)

— 1157, Jérusalem, Donation aux Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem par « Bogerius Clericus. »
(D, p. 93)

— 1175. « Jordanus Clericus » a possédé une maison à Jérusalem.
(D, p. 119)

— 1178. « Frater Ugo Clericus », Templier.
(U. Chevalier, Cartulaire, de Roaix, n. 139, 140)

— 1191, juillet, Humbert le Clerc, « nobilis Humbetus dictus Clericus » prend à sa charge l'emprunt contracté par son frère Guillaume, mort à la croisade.
(L, t. 1, f. 68. — CB, n, 12. — Versailles)

— 1249, avril, Limisso. Hervé le Clerc, écuyer Contrat de nolis pour passage à Damiette.
(R, 137)

— 1250, Messine. Bertrand le Clerc, allant au secours de Saint Louis.
(C. H., 1500)

61
— 1243, novembre, Damiette. Arnoul Colas, « Arnulphus dictus Colas » ; emprunt pleige par le vicomte de Châteaudun.
(L, t. 2, f. 79. — CR, n. 126, 265)

62
— 1130. Humbert, sire de Coligny, croisé, fonde l'abbaye de Mireur.
(G, t. l, f. 86)

— 1147. Guerry, de Coligny, chevalier à la croisade avec le comte de Savoie.
(Guichenon, 1, 223. — Versailles)

— Humbert de Coligny, son fils, accompagne en Palestine le duc de Bourgogne.
(Guichenon. — Versailles)

— Hugues, sire de Coligny, qualifié « princeps magnificus », étant à Cîteaux en septembre 1201, y prit la croix avec le comte de Forez. Il fut tué en Thessalie.
(Du Bouchet, Coligny, 48-50. — De Campa, manuscrits, CXI, 311-312)

— 1202. Hugues de Coligny, partant pour Jérusalem, fait aux Chartreux une donation approuvée par la duchesse Beatrix [d'Albon], veuve d'Hugues III, duc de Bourgogne, sa femme.
(Du Bouchet, Preuves de Coligny, p. 48. — E. Petit, III, 386)

— 1202. Donation à Sainte-Marie de Montmerle par Hugues de Coligny, partant pour la Terre-Sainte.
(Du Bouchot, Coligny, p. 49)

— 1202. Hugues de Coligny, chevalier, est à la croisade.
(VN)

— 1396. Jean de Coligny, tué à la bataille de Nicopolis.
(LD, t. 5, p. 47)

63
— 1249, novembre, Damiette. Hugues de Collard, « Hugo Collardi », chevalier ; emprunt.
(L, t. 2, f. 87)

64
— 1270. Philippus de Coleville, croisé.
(0. L. I. 631)

— 1392, 3 février, Paris. Louis, duc de Touraine, fait don de 200 francs d'or à G. de Colleville, l'un de ses chevaliers, « nouvellement retourné du voyage de Prusse. »
(P. O. Baudrain, 2)

65
Une tradition, qui mériterait d'être approfondie, veut qu'un Colonna, comte de Frasso, ayant péché gravement, serait parti pour la Palestine en pèlerinage de pénitence, après avoir légué son comté à l'Evêque d'Ajaccio. Aucun document n'étaye cette tradition, mais il est certain que le comté de Frasso appartint jadis aux Colonna, et que jusqu'en 1700 l'Evêque d'Ajaccio ne cessa de se qualifier comte de Frasso.

— 1222. Le Cardinal Jean Colonna, légat de l'Armée chrétienne à la 5e croisade.
(Raynald, Annal Ecclesiae, année 1222, 1228, 1239)

— Ce fut lui qui fonda l'hôpital du Latran et apporta de Jérusalem à Rome la 3e colonne de la flagellation, vénérée depuis lors en l'église de Sainte Praxède.
(Benigno Davanzali, Not. della basilica di Santa Prassede, p. 227)

— 1571, Victoire navale de Lépante. Marc-Antoine Colonna, général de la flotte du 3e Siège. — Pompée C, un des chefs de l'armée chrétienne.
(Moréri, Lépante).

66
— 1250. Messine. Guillermus Constans, allant au secours de Saint Louis.
(CH, 1500-88)

67
— 1168, Jérusalem, R. le Conte, Robertus Comes.
(HC, t. 2, p. 528)

— 1177. Jérusalem, Rodricus Comes, chevalier Hospitalier.
(PA, n. 73)

68
« Lorsque vers l'année 1075, les Turcs Seldjouqides se furent emparés de la Syrie et de Jérusalem..., les sires de Coucy, voyant que personne ne s'avançait pour l'honneur de Dieu, essayèrent par eux-mêmes d'aller combattre les Turcs. » Ces soigneurs étaient Enguerrand 1er, sire de Coucy, baron de Boves, comte d'Amiens ; ses 2 frères, Robert de Roves, sire de Péronne, et Anscau de Boves, sire de Caix, auteur de la Maison de Caix ; et son fils Thomas de Marle.
« Ayant heureusement passé la mer, ils combattirent si vaillamment les infidèles qu'ils défirent toutes les forces de Soliman, lequel mesme ils firent pris, avec son frère, dont ils tirèrent 100,000 besans d'or de rançon, sans les frais de leur voyage qu'ils parachevèrent jusqu'en Jérusalem, d'où ils retournèrent en leurs maisons pleins de joie, d'honneur et de gloire..... Si bien que l'on peut dire avec vérité que ceste maison a eu le premier et le dernier honneur de telles entreprises entre les François, car Enguerrand VI se trouva en la journée de Nicopoli (1396) contre le Turc Bajazeth, où il fit merveilles d'armes, tant qu'il y fut pris et mourut en prison ; et ceste expédition fut la dernière de nos Francois contre les infidèles. »
(Lallouette, Histoire générale de Couci, 1577. — L. Sandret, La crois, des Coucy, Revue nobiliaire III, 15-20)

— Le vair du blason des Coucy rappelle la bannière que l'un d'eux, vers l'an 1075, force à des lambeaux de ses vêtements, en un jour de bataille, pour rallier ses gens et les ramener contre les Sarrazins.
(Palliot).

— 1009. Thomas, sire de Marle et de la Fère, chevalier croisé, « Thomas de Feria Castro, francigena, miles acerrimus », se distingua aux sièges de Nicée et de Jérusalem.
(Albert d'Aix, I. II, ch. 2. — Guibert de Nogent)

— Il mourut à Famagouste, vraisemblablement des suites de blessures.
(Thevet, Cosmogramme, I, 202)

— 1138. Enguerrand II, sire de Coucy et de Boves, fils de Thomas de Marle, « prêt à faire le voyage de Jérusalem. » ; donation pieuse.
(Pic, Cl. 5)

— Jérusalem, Le même, « De perigrinis : Ingetrannus de Bova », témoin d'une donation du roi Foulques au Saint-Sépulcre.
(HC, t, 2, p. 496)

— 1143. « Guido castellanus de Cuceio, Iherosolimam perrecturus,... annuente Ingelranno de Coceio... » ; Donation à Saint-Vincent de Laon.
(Lat. nouvelles acquisitions 2306)

— « Guido castellanus de Coceio, Iherosolimam profecturus... » ; Donation à Saint-Vincent de Laon.
(MO, t. 60, f. 192)

— 1145. « Odo de Marla, Ierosolimam iturus... »
(MO, t. 61, f. 224)

— 1146. Vézelay. Enguerrand, sire de Coucy, prend la croix avec Louis VII et les grands du royaume.
(Maimbourg, 1, 286)

— Reims. Enguerrand II, sire de Coucy, exempte de tous péages sur ses terres l'abbaye de Saint-Nicolas de Ribemont : « Actum... Remis in tempore excessus sui, cum omnes generaliter Iherosolimam recessissent. Testes... Guido castellanus. »
(Pic, t. 267, f. 152. — Cartulaire, de Saint-Nicolas de Ribemont, p. 23)

— 1147. Robert, sire de Boves, comte d'Amiens, chevalier croisé.
(A. Janvier, Boves, 35)

— Enguerrand de Coucy, sire de la Fère, « Ingelrannus de Fara Iherosolimam cum rege Francorum profeoturus... »
(Cartulaire de Saint-Michel de Thiérache, latin 18375, p. 172. — Moreau, LXIII, 133)

— Enguerrand et Isembart de la Fère, croisés.
(Pic, I. 242, n. 43)

— A la prière « de beaucoup de ses nobles », Enguerrand de la Fère, Iherosolimam iturus, restitue à Saint-Vincent de Laon la ville de Saint-Gobain que son père avait usurpée.
(Moreau, LXIII, 64)

— Charte d'Enguerrand, sire de la Fère, partant pour Jérusalem.
(Du Chesne, Coucy, 339)

— 1118. Charte d'Enguerrand, « dominus castelli quod vocatur Cociacus », pour les Religieux de Saint-Crespin, « cognoscente me iter lerosolimorum arripuisse. »
(Moreau, LXIII, 217. — Pic, t. 242, n. 47)

— 1151. Enguerrand, sire de Coucy, mort à la croisade (Baron de Condé, Montataire, 130. — Thézan, 187); inhumé à Nazareth.
(Archives nationales K. 24, n. 16)

— 1164. Enguerrand de Coucy, fils du précédent, va à la croisade.
(Pic, t. 242, n. 43)

— 1166, Jérusalem Robert de Coucy, « dominus Robertus de Cuzi », témoin d'une donation faite aux Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem.
(D., p. 103)

— 1168. Donation par Raoul, sire de Coucy, à l'église de Nazareth, où son père Enguerrand était inhumé.
(Archives nationales, K. 24, nº 16)

1189. « Guido Cociasensis castellanus anno 1189, cum Crucem assumpsissem et peregre profecturus essem... »
(Cartululaire d'Ourscamp)

1190. Gui, châtelain de Coucy, va à la croisade.
(Cartulaire d'Ourscamp, 3e chapitre)

— Dans une autre charte de 1201, il dit « in prima profectione mea Iherosolimitana. »
(Pic., t. 242, n. 72 bis)

Test. de Raoul, sire de Coucy, étant sur le point d'aller à la croisade.
(Cartulaire de Vervins, p. 67. Pic., t. 242, n. 70)

— Radulphus, dominus Coiciaci, ad iter [Hierosolymitatum] accinctus, suivant le conseil de ses prudhommes, assigne à ses enfants la part éventuelle de leur héritage, de peur de discorde entre eux si in peregrinatione sibi mori contigerit.
(Du Chesne, Guines, preuves, p. 353. — Bréquigny, IV, 140. — VL, Coucy)

Donation à Saint Vincent de Laon par Raoul, sire de Coucy, partant pour la croisade.
(Pic., V, 248. — VL, Coucy)

Donation à l'abbaye de Nogent par Raoul, sire de Coucy, partant pour la Terre Sainte.
(Ibid.)

Raoul, sire de Coucy, croisé, arriva à Messine avec le roi Philippe Auguste, qui y fut rejoint par Richard, roi d'Angleterre. Entre autres ordonnance rendues le 8 octobre 1190 en cette ville par les deux monarques, ils prescrivirent que les équipages et l'argent comptant des Croisés qui décéderaient durant l'expédition seraient employés, de même que les amendes, au secours de la Palestine.
Raoul de Coucy fut un des commissaires royaux chargés de l'application de cette ordonnance.
(De Camps, CXI, 342.) — Du Chesne n'a pas connu ce fait. Raoul mourut en 1191 au siège d'Acre)

1191, mai, devant Acre. Raoul, sire de Coucy, pleige divers emprunts de ses féaux.
(L, t. I, f. 20, 41, 42. — CR, n.l94)

« R. de Cociaco », charte d'emprunt.
(CR, n. 196)

Robert de Boves, à la croisade.
(G. de Tyr. — G, t. I, f. 44)

« Robertus de Boves » (Boves), mort au siège d'Acre.
(Bromton, 1191)

1192. Enguerrand II, sire de Boves, revenant de la Terre Sainte, où il avait été prisonnier, confirme une donation faite à Saint Jean d'Amiens par Béatrix de Saint-Paul, sa mère, « pour le repos de l'âme de noble h. Robert de B., jadis son mari, tué devant Acre. »
(A. Janvier, Boves, 77)

1193-1194. « Raoul de Coucy, croisé pour le voyage de Jérusalem ou l'année précédente. »
(Pic., t. 242, n. 87)

1199. Tournoi d'Escry. Guy de Coucy, Enguerrand, Hugues et Robert de Boves, comtes d'Amiens, prennent la croix avec Thibaut, comte de Champagne.
(Maimbourg, II, p. 45)

— Guy de Coucy, châtelain de Coucy, « se croisa en 1200, et faisant voile pour Constantinople avec l'armée, il mourut de maladie et fut jeté dans la mer » Il était fils de J., châtelain de Coucy, et d'Adèle de Montmorency.
(Villehardouin. — De Camps, CXI, 344 v. P. d'Outreman)

1202. « Renaldus de Cocciaco, cruce sigaatus et Ierosolimam profecturus, dédit... »
(Pic., XXIV, 24 CCXLII, 103. — Cartulaire d'Héronval, p. 36)

— Enguerrand de Boves, et ses frères, Robert et Hugues, fils de Robert, mort au siège d'Acre en 1191, sont à la croisade.
(Villehardouin. — Pic., t. 242, n. 107. — De Camps, CXI. 169-170 vº)

— Aliénor, comtesse de Vermandois, atteste une donation faite à l'abbaye de Longpont par Renaud de Coucy, croisé pour la Terre Sainte.
(Carlulaire de Lonpont, partie, I, charte 24)

1203. Enguerrand, sire de Boves, et Hugues, son frère, sont à la prise de Zara.
(VN)

— Guy, châtelain de Coucy, croisé « Il mourut en chemin, suivant une charte de Marguerite, son épouse, de mars 1203. »
(Pic., t. 242, n. 124)

1207. Renaud de Coucy, sire de Sinceny, revenant de la Terre Sainte, fait une donation à la maladrerie de Saint Lazare-lès- Chauny.
(L. Vrevin, Coutumes de Chauny, 1641, in-4, p. 400)

1210. « Enguerrand, sire de Coucy, se croisa contre les Albigeois, en 1219, et contribua à la prise des châteaux de Cabaret et de Lavaur. Il se croisa de nouveau contre eux en 1218. »
(De Camps, CXI, 343 343. — Pic., t. 242, n. 122)

1212. Enguerrand de Coucy, sire de Boves, est un des chefs des croisés contre les Albigeois.
(De Camps, CXI, 169)

1245. « Raous, sire de Couci », croisé.
(Guillaume de Nangis, Vie de Saint Louis. — B, t. 20, p. 353)

1248. Raoul II, sire de Coucy, va à la croisade avec Saint Louis, « ad Dei servitium faciendum »
(Pic., t. 242, n. 121)

1249, mai, Limisso. « Ego Radulfus dominus Cociaci, miles »; emprunt de 5.500 livres tournois.
(Archives nationales, Trésors des Chartes, J., carton 441, n. 7. — BN. Ms. français 23178, f. 95 v., n. 7)

1250, 8 février Raoul, sire de Coucy, mort à la Massoure.
(Joinville)

— Messine. Thomas de Coucy, allant au secours de Saint Louis.
(C. H., 1500, 91)

1254. Acre. Mort de Joseph de Coucy, chevalier de Saint Jean de Jérusalem, trésorier de l'Hôpital à Acre.
(RS, 34)

1309. J. de Coucy, (Johannes de Cochiaco Lingonensis diocesis), Templier.
(MI, t. I, p. 71)

1390, siège d'Auffrique. « Là estoient. le sire de Coucy, à bannière et plus estoffément que nul des aultres, excepté le duc de Bourbon  »
(F, 1. IV, charte 15)

1395. Le duc et la duchesse de Bourgogne demandent au sire de Coucy de vouloir être « compaing et conseiller » à leur fils le comte de Nevers dans son expédition contre les Turcs.
(Id., ch. 47)

1396. Croisade du comte de Nevers « Par qui Monsieur le comte de Nevers se conseillera Monsieur de Couxy. »
(Bourgogne, XX, 346)

— Mandements et quittances relatifs à l'expédition d'Enguerrand de Coucy en Hongrie, au secours de Sigismond attaqué par Bajazet.

— Louis, duc d'Orléans, donne 40 francs d'or à frère G. Pierre, Hermite du duc de Berry, pour aller en Turquie « scavoir certaines nouvelles du comte de Nevers, de H. et Ph. de Bar, et du sire de Coucy, estans ou dict pais. »
(Joursanvault, Nº 424)

— Le duc d'Orléans envoie Robert d'Esne, chevalier, en Lombardie et ailleurs « pour la délivrance des corps de ses chers et amés cousins Henri de Bar et le Sire de Coucy, prisonniers ès mains des Turcs. »
(Joursanvault, Nº 71)

— Même mission au châtelain de Saint-Gobain.
(Joursanvault, Nº 424)

1397. Messagers envoyés par le duc d'Orléans aux veuves du sire de Coucy et de Henri de Bar.
(Joursanvault, Nº 426)

— Enguerrand de Coucy était mort captif en Bithynie.
(Versailles)

69
1210. Barons du roy d'Arménie : Baharam, fils de Geoffroy de Courson, « Baharam filius Gofredi de Corco »
(PA, p. 100)

1212. « Bertrans de Corsson », croisé contre les Albigeois.
(Fauriel, Croisés contre les Albigeois. — ME, v. 7779)

1214. « Robert de Corceon ou Corescon, anglois, cardinal, envoyé du Pape en France pour faire prescher la croisade et defandre celle des Albigois. Le Pape ayant esté mal informé par les ambassadeurs du roy d'Arragon, il révoqua sa bulle. »
(G, t. 1, f. 69 v)

— Le cardinal Robert de Courson fut légat du Saint Siège dans la croisade albigeoise.

1218, Damiette. Le cardinal Robert de Courson, légat du Pape, meurt à l'armée des croisés.
(M, t. 3, p. 453)

1249, avril, Limisso. R. de Courson, Robertus Corsonis, écuyer, croisé pacte de nolis.
(L, t. 2, f. 42 v., 43 r. — CB, n. 80. — Versailles)

1250, 8 février, bataille de la Massoure Gilles Courson, « qui y fut fait chevalier, vu sa valeur »
(P. 0., t. 502, d. 11375, 2-3)

1309. « Frater Guido de Corso », Templier.
(MI, t. I. pages 119, 155)

70
1240. Geoffroy le Court, « Gaufridus le Cort. »
(CB, aux chartes d'Acre et de Damiette)

1372. « Hermer le Cor, chevalier bachelier de France »; croisade de Prusse.
(G, t. I, f. 86 v)

71
1218. Donation à l'abbaye de la Merci-Dieu par Jean de Cortin, chevalier, partant pour Jérusalem.
(Cartulaire de la Maison-Dieu. — Poli, Histoire des Courtin, preuves, n. 33)

72
1250, mai, Acre. « Stephanus de Corteys », damoiseau emprunt.
(L, t. 2, f. 131 v. — CR, n. 286)

73
1183. Leo Costurer, grec, sujet du prince d'Antioche.
(PA, p. 284)

74
1250, Damiette. « Petrus Crozeti » emprunt.
(CR, n.280)

75
1240, Ascalon. H. de Cugnon, « Herbertus Cunonis », écuyer, emprunt.
(L, t. 2, f. 6)

76
1249. Gautier de Curel, vaillant chevalier, est à la croisade avec Saint Louis.
(Joinville. G, t. I, f. 75)

77
1098, 28 juin, bataille d'Antioche. Parmi les chefs les plus vaillants, un fragment de la Chanson d'Antioche en provençal cite « Renaud, un comte de France, et un autre comte, Dalmatz » : Rainals us coms de Fransa e altres coms Dalmatz.
(0. L., t. 2, p. 489)

1166. Robert Damas, fils de Damas, sire de Cousan, prend la croix et va en Palestine.
(VL, t. 34. — Le P. Anselme. — Versailles)

1175. « Dalmacius », chanoine du Saint Sépulcre, bailli du patriarche de Jérusalem.
(D., p, 125)

1189. R. Damas, « Robertus Dalmais » est un des chevalier de G., comte de Chalon, partant pour la croisade.
(Cartulaire de l'abbaye de la Ferté, n. 293. — Versailles)

— « Hugo Dalmatius », chevalier, croisé avec le dit comte.
(DC, t. 8, p. 2)

1191, devant Acre. R. Damas, chevalier « Ego Robertus Dalmacii, miles » pleige l'emprunt de Mathieu de Jaucourt.
(L, t. I, f. 64)

— « Ego Rolberlus Dalmas », miles; pleige l'emprunt d'Artaud de Saint-Germain, écuyer.
(CB, n. 110)

— « En 1204, un chevalier du nom de « Dalmatius » entre avec les croisés dans Constantinople; il nous reste une relation dans laquelle il raconte lui-même comment il enleva, dans une église des Grecs, le chef de saint Clément, qui fut transporté en triomphe à l'abbaye de Cluny.
(Bibliothèque Cluniacale, 1481. — MI. t. 6, p. 280)
— Il est presque certain que ce pieu ravisseur, doublé d'un précieux narrateur, était de la maison de Damas. »
(PN, Damas)

1228, juin, Acre. Hugues Damas, « Ugue Dalmas », témoins d'une donation de Bohémond, prince d'Antioche, à l'Ordre Teutonique.
(S, n. 64)

1268. Pierre Damas, « Petrus Dalmacii », chevalier de Saint-Jean de Jérusalem, commandeur de Feuillets, en Bresse.
(Guigues, Topographie de l'Ain, Voyez Feuillets)

1396. Josserand Damas, chevalier du comte de Nevers, et Hugues D., son frère, chevalier du comte de Chalon, furent, l'un fait prisonnier, l'autre tué à la bataille de Nicopolis. Ils étaient « fils d'Hugues Damas, sire de Marcilly, vicomte de Chalon, mort en Palestine, et frères puînés d'Erard Damas, chevalier, sire de Crux, qui fit le voyage de la Terre-Sainte avec J. de Bourgogne, en 1426. »
(PN, Damas)

78
1187, Tyr. « Bertramus Deltana »
(MR, p. 27)

79
1099. Léon, sire de Dienne, croisé; en 1103, au siège de Tripoli.
(Art de Vérifier les Dates)

1147. Léon II de Dienne, à la croisade avec Louis VII.
(Bulletin héraldique de France, 1893, p. 393)

1190. Léon III de Dienne, à la croisade avec Philippe Auguste. (Versailles)

— En 1208, croisé contre les Albigeois.
(Bulletin héraldique de France)

80
1202. Guillaume de Digoine, chevalier, à la croisade de Constantinople.
(Versailles)

1205, mai, Constantinople « Willelmus de Digonio, miles »; pacte de nolis pour retour en France.
(L, t. I, f. 149. — CR, n. 159)

— « Olivier de la Marche nous apprend que Chrétien et Evrard de Digoine se croisèrent avec Philippe le bon, duc de Bourgogne mais ce prince n'accomplit pas son voeu. »
(BH, t. 2, p. 385)

81
1218. Septembre, Damiette. J. de Dion, chevalier, « Jhoannes de Dione », emprunt.
(L, t. I, 174. — CB, n. 32. — Versailles)

82
— « Doria, une des plus illustres familles italiennes... Giustiniani, l'histoire génoise, la fait descendre d'Harduin, fils puîné des comtes de Narbonne, qui prit part à la première croisade. »
(BH. t. 41, p. 144)

1175, Tripoli. « Rollandus Dauria », témoins d'une donation aux Hospitaliers de Saint-Jean.
(D., p. 123)

1270. Ansole Doria, un des chefs des Génois à la 2e croisade de Saint Louis.
(MI, t. 5, p. 97, n. 1)

1571. Victoire navale de Lépante. André Doria commande l'aile droite de la flotte chrétienne.
(Moréri, Léppante)

83
Vers 1097. Gui le Duc « Wido Dux, cum pergeret ad Ierusalem. »
(Cartulaire de Saint Vincent du Mans, 270)

1151. Tripoli. G. le Duc, vicomte de Tripoli, « Guillelmus Ducis, vicecomes Tripolis ».
(PA, p. 239)

1309. J. le Duc, « Johannes Ducis », (Johannes Ducis Parisiensis diocesis) Templier, de Paris.
(MI, t. I. page 65)

84
1191, Acre. Robert d'Espinay, chevalier normand.
(R, 98, 210)

1219, Damiette. Colin d'Espinay, chevalier normand; emprunt.
(Versailles)

85
1191-1192. Guillaume d'Estaing, chevalier, fit des prodiges de valeur aux sièges d'Acre et de Jaffa.
(Versailles)

1196-1207. « Guillelmus de Stagno », à la croisade.
(DC, t. 8, p. 51)

1218. Mai, Marseille. Le recteur de Marseille pleige Bertrand d'Estaing, « Bertrandus de Stagno », pour tout emprunt qu'il contractera en Terre-Sainte jusqu'à concurrence d'une certaine somme.
(L, t. I, f. 158)

1240, Acre. Milon d'Estaing.
(R, 241)

86
1309. P. d'Estienne, « frater Petrus Stephani » chevalier du Temple.
(MI, t. I, p. 69)

87
1249, avril, Limisso. « Johannes Estorbillon », écuyer pacte de nolis.
(L, t. 2, f. 33. — CR, n. 251)

1870, 20 septembre, Rome. Louis de l'Estourbeillon, croisé de Pie IX, tué d'une balle au front sur le rempart, à l'âge de 19 ans.

88
1138, Jérusalem. Germain Lévêque, « Germanus Episcopi », de Toy.
(HC, t. 2, p. 498)

1249, avril, Limisso. Richard Lévêque, « Ricardus Episcopi », écuyer emprunt.
(L. t. 2, f. 43 v)

89
1126, Jérusalem. « Willelmus Faber », témoins d'une donation aux Hospitaliers de Saint-Jean.
(PA, p. 10)

— Vers 1133, en la tour de David. « Radulfus Faber, Petrus Faber », témoins de la vente d'une maison sise à Jérusalem.
(SS, p. 203)

1135, Césaree. « Ricardus Faber », témoins d'une vente faite aux Hospitaliers de Saint-Jean.
(D., p. 73
)

1138. « Guiraldus Faber, Gaufredus Faber », templiers.
(U. Chevalier, Cartulaire de Roaix, n. 105, 106, 109, 113, 114)

XIIe siècle, « Petrus Faber », Templier.
(Cartulaire du Tempe de Vaux, Dauphiné)

1155, Jérusalem « Robertus, Arbertus, Umbertus Faber », notables habitants de la Mabomerie.
(SS, p. 243-4)

Vers 1160. Jérusalem « Petrus Faber, de domo sua. »
(PA, p. 233)

1198. Tripoli. Un des notables est « Gilius Faber »
(PA, p. 253)

1240-1141. Acre. « Guillelmus Fabri », chapelain du roi de Navarre, comte de Champagne, à la croisade.
(L, t. 2, f. 14-23. — CR, n. 57, 131,230)

1240, mai, Acre. « Thomas Fabri » écuyer, emprunt.
(L, t. 2, f. 26. — CR, n. 218)

1246. Acre. « Johannes Faber », chevalier de Saint-Jean de Jérusalem.
(PA, n. 77)

1249, Damiette. « Bertrannus Fabri »; emprunt collectif avec Bérenger de la Fare.
(CR, n. 122, 278)

— Johannes Faber, Rothomagensis mercator, témmoins d'un emprunt.
(CR n. 177) — Adam Fabri, écuyer emprunt.
(L, t. 2, f. 65 v)
1259, Tyr. Thomas Faber est un des notables.
(PA, p. 165)

1307. « G. Faber, Humbertus Faber, Johannes Faber », Templiers.
(MI)

90
1096. Leudon de Failly, chevalier, paraît avoir accompagné Godefroy de Bouillon à la Terre Sainte.
(C. H., 1513, 70)

91
1156. 11 Ferrier, Jerusalem. G. de la Fargue, « Guillelmus de Fabrica », P. et Aimery Guitard, P. de Périgord, et autres notables de la Mahomerie, prêtent serment de fidélité au Saint Sépulcre.
(SS, p. 243)

1168, Jerusalem. P. de la Fargue, « Petrus de Fabrirca », Hélie de Bourdeille, Elie de Millac, Bernard de Périgord, etc., notables de Betbgebelin.
(PA, p. 47)

1219, Acre. B. de la Fargue, « frater Bernardus Fabrica », chevalier de Saint Jean de Jérusalem.
(PA. p. 291)

1249, novembre, Damiette. G. de la Fargue, « Willelmus Fargua », damoiseau emprunt.
(L, t. 2, f. 91)

92
Farcy. Voyez Pontfarcy.

93
1269. Thibaud de Fautereau, chevalier, croisé. « Le Pape lui accorda de grands privilèges, notamment de ne faire jamais abstinence, lui, ni ses descendants, aux quinzièmes à table, pour la récompense de ses grands services. »
(C. H., 1660)

94
1270. Ricardus Fillyol, croisé. (O. L., l, 632)

95
1099. Gibert de Fleury. (HC, t. 2)

Vers 1120. Dreux de Fleury doit le service d'un chevalier en la baronnie d'Acre.
(HC, t. 2)

Vers 1160. Garnier de Fleury, « Frater Warn. de Flure », Templier.
(E. Petit, II. 277)

1179-1185, Acre. Gislebertus de Floriaco, Gilibertns de Florio, vicomte d'Acre.
(D., p. 142, 146,156. — DL, p. 92)

1181, Acre. Gilbertus de Floriaco, témoins d'une donation faite par Baudouin, roi de Jérusalem, à l'abbaye du Mont-Thabor.
(PA, p. 283)

1197. Jean de Fleury, Johannes de Flory, vicomte de Césarée.
(PA, p. 89)
1212, Acre. Jean de Fleury, témoins d'une charte de Jean de Brienne, roi de Jérusalem, pour l'abbaye de Josaphat.
(DL, p. 96) 1234. Acre. Mgr Gautier de Fleury, dominus « Gauterius de Flori », est un des barons du royaume de Jérusalem.
(PA.p. 126)

1234-1235, Acre. « Frater Rainaldus de Floriaco » ou « de Flori », maître de Saint-Lazare de Jérusalem.
(MS, n. 36-38)

1236. Acre. B. de Fleury, « Balduinus de Florito », homme lige d'Alix, princesse de Toron.
(S, n. 84)

1241. Acre. G. de Fleury Willelmus de Floreio ; emprunt.
(L, t. 2. 11)

1247. Landry de Fleury, chevalier croisé.
(E. Petit, IV, 135)

1249. Septembre. Damiette. « Renerus de Fioriaco », ecuyer ; emprunt.
(L, t. 2, f. 65 v. — CR, n. 96)

1257. « Messire Johan de Flori » chevalier, homme-lige de la seigneurie d'Arsur, Royaume de Jérusalem.
(PA, p. 157)

1260. Gautier de Fleury, maréchal de Tibériade.
(PA, p. 126)

1261. Gautier de Fleuri, Maréchal de Galilée.
(RS, 18)

1262, 1269. Acre. « Sire Luhan de Flori », mareschau de Tabarie. »
(PA, p. 188, 190)

1276. Guillaume de Flory, vicomte d'Acre.
(DR, 541)

1309. Simon de Fleury, Templier.
(MI, t. I, p. 103)
1372. Tbibaud de Fleury, chevalier bachelier de France à la croisade de Prusse.
(G, t. I, 129)

96
1192. Mai, Tyr. Noble B. de Foucaud, « nobilis Bertrandus Fulcaudi » chevalier emprunt.
(L, t. 1. f. 140, 148. — Versailles)

97
1119. Robert de Foulques; sire de Sardone en la principauté d'Antioche, Robertus Fulconis, chevalier, fait prisonnier par les Sarrasins dans les combats d'Antioche, est mis à la torture sommé d'abjurer sa foi, il se déclare soldat du Christ et est décapité.
(Gauthier le Chancelier)

1131. Guillaume de Foulques, chevalier, fils du précédent, périt en combattant contre les Sarrasins.
(RS, q)

1162. Frère Geoffroy Foulques, procurateur du Temple, visite les lieux saints au nom du roi Louis VII.
(Bongars, Regum epistolare)

1201. « Poncius Foulque », chevalier du Temple.
(Revue Historique de Provence, par le baron du Roure, Nº 2, p. 63, 86)

1208. Petrus Falcone, chevalier de Saint-Jean de Jérusalem, prieur de Manosque.
(PA, p. 305)

1259. Foulques de Villaret, chevalier de Saint Jean de Jérususalem.
(LR.)

1270. Frère Guillaume de Villaret, vice-prieur de Saint-Gilles, drapier et lieutenant du grand Maitre des Hospitaliers.
(A. du Bourg, Grand-prieuré de Toulouse, n. 27. — Revue historique de Provence, Nº 8, p. 225)

1273. Guillaume de Villaret, grand prieur de Saint-Gilles de 1300 à 1308, dernier grand maître des Hospitaliers en Syrie. Ce fut lui qui conçut le projet d'enlever Rhodes aux Sarrasins pour en faire le chef-lieu de l'Ordre projet réalise par le grand maître Foulques de Villaret, son frère et successeur.
(Versailles)

1298. Jourdaine de Villaret, prieure de Fieux (Ordre de Saint Jean de Jérusalem).
(A. du Bourg, 544)

1308. Foulques de Villaret, grand maître des Hospitaliers.
(Versailles)

98
1187. Tripoli. « Guillelmus Firminus. »
(MR, p. 25)

1233. Tripoli. « Hugue Fermin. »
(MR, p. 99)

1236. Acre. Hugues Fremin, « Hugues Fermin », vassal du Prince d'Antioche.
(S, n. 82)

99
1241. Acre. « Nilo de Fremont. »
(L, t. 2, f. 14 v)

1250. Damiette. « Berengarius Fremundi », sergent d'armes du comte de Toulouse ; emprunt.
(L, t. 2, f. 122 v. — CR, n. 119)

100
VIe sire Fromond, puissant seigneur Breton, va à Jérusalem par pénitence.
(Acta SS. Ord. S Bened, saec. VI, part. II)

1202. Jehan Fromont, croisé, à la prise de Constantinople.
(Tafel, XII, 344)

> > > Suite > > >

Sources: Les Croisés de France (1095-1395) — Oscar de Poli — Annuaire du Conseil Héraldique de France, huitième année, Paris 1895 — BNF

Croisés de France visité 46867 fois

Licence Creative Commons
Les Templiers et Les Croisades de Jack Bocar est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 4.0 International.
Fondé(e) sur une oeuvre à http://www.templiers.net/.
Les autorisations au-delà du champ de cette licence peuvent être obtenues à http://www.templiers.net/.