Les Templiers   Etudes templières   Les Croisades

Quelques études réalisées sur les Templiers

Les Templiers de Limaye
Département: Vaucluse, Arrondissement: Apt, Canton: Pertuis, Commune: Grambois - 04

La-Bastide-des-Jourdans
La-Bastide-des-Jourdans - Limaye

Il faut en finir avec beaucoup de bêtises racontées au sujet de leur présence dans ce quartier de Limaye à La Bastide-des-Jourdans. Les habitants de cette commune de la Bastide des Jourdans eux-mêmes, n'ont pas idée de l'étendue de ce territoire, attribuant ce toponyme aux ruines d'un petit castrum et y voyant un lieu appartenant aux Templiers. L'étude des textes nous en apprend beaucoup plus, même si le peu de textes connus ne nous disent rien sur l'origine de leur présence à cet endroit appelé la Cavalerie avant 1168, comme souvent les lieux occupés par ces moines-soldats à qui on a confié la garde de territoires après leurs échecs en Terre Sainte.

Limaye, qui représente plus des deux tiers de l'étendue de La Bastide-des-Jourdans, touche à l'Est une limite importante entre cette commune et Pierrerue, entre le Vaucluse et les Alpes-de-Haute-Provence, entre deux diocèses: Aix-en-Provence et Sisteron, entre deux comtés: Provence et Forcalquier, et, si j'osais cette notion oubliée, entre deux pagus romains d'où ce terme de Limaye qui peut vouloir dire Limes, et le long du ravin qui constitue la limite un certain nombre de terres dites ad fines sur le Cadastre Napoléonien, entre deux tribus celtes comme semble désigner ce ravin de Régusse qui sépare ces deux territoires, le mot riga étant un mot celte qui signifie fossé-limite. Le même phénomène peut s'observer dans le Var, où une maison templière dite de Régusse est assise au bord du Verdon séparant là aussi deux départements et deux diocèses: Riez et Fréjus.

la Bastides-des-Jourdans à Manosque
Route de la Bastides-des-Jourdans à Manosque

Le territoire de Limaye a lui-même été partagé à une date indéterminée (vers 1150) en deux parties, de part et d'autre de la route qui de La Bastide conduit à Manosque: au sud-est, là où se trouve le castrum ruiné et son église Saint-Pierre, au nord-ouest: La Cavalerie et les biens des Templiers avec leur chapelle Notre-Dame. Ceci par la volonté d'un seigneur mineur de retour de Terre-Sainte dès les premières Croisades, sans qu'on sache vraiment laquelle. Il donne aux Templiers une partie de ses propres terres, ainsi que des terres au Revest de la Tour d'Aigues, avant 1176, date à laquelle un premier texte évoque leur existence à cet endroit.

C'est l'historien de la ville d'Apt, Remerville qui, au XVIIIe siècle, nous donne une date: 1176. Date à laquelle un petit prieuré de Saint-Saturnin d'Apt est donné aux Templiers de Limaye, donc à une date postérieure à leur implantation à cet endroit de Limaye:... ....Pierre de St-Paul, évêque d'Apt, en tant que commissaire du Pape, autorise en 1176, la donation de la chapelle Saint-Maurice à l'ordre des Templiers par Bernard, abbé de Saint-Eusèbe sous une certaine redevance. Raymond de Roquebrune, commandeur de Limaye reçut cette donation, après quoi les chevaliers y établirent une maison avec titre de baillage et de là s'introduisirent dans la ville d'Apt où ils habitèrent la maison épiscopale.

Michel Wanneroy qui a étudié l'histoire de ce petit prieuré de Saint-Saturnin-les-Apt ajoute:
La commanderie de Limaye semble antérieure à 1168, puisque confirmée à cette date par Bertrand III, comte de Forcalquier, sous une seule cense annuelle et perpétuelle de deux charges de blé, d'une charge d'orge et de cinq sols melgoriens, valant chacun 7 sols et 6 deniers….

On sait le rôle important des Templiers, non seulement pour la garde des territoires mais aussi pour l'accueil et la mise en sureté des voyageurs le long des voies de passage. Nous en avons un bel exemple à Limaye. Sur le Cadastre Napoléonien de la Bastide des Jourdans, section C3, dite du Déroc, on trouve, dominant le ravin de Régusse, une terre dont la forme particulière évoque ce genre de lieu d'asile dite Sauveté. Elle a une forme octogonale parfaite, ce qu'on ne rencontre jamais pour une terre cultivable, surtout là où elle se situe qui n'est que bois et garigue ingrate. Il semble qu'à cet endroit, situé sur le domaine des Templiers ait existé un lieu d'asile de cette sorte. (cf le plan cadastral et mieux encore les Maps Google où l'on aperçoit très bien non seulement cette parcelle à 8 cotés (n°12 bis) mais une autre trace d'habitat (n°15) un peu plus bas vers la route allant de La Bastide-des-Jourdans à Manosque). Serait-ce ce lieu appelé dans les textes ad salices ? Lieu qui désigne un endroit entouré de haies faites de branches de saule, élément très ancien qui manifeste la présence de lieux d'asile.


Cadastre de La Cavalerie - Sources: Archives du Vaucluse - La Sauveté

Avant que La Bastide des Jourdans n'existe, en 1225, par la volonté du comte de Provence, Raymond-Bérenger V, Limaye faisait partie du territoire de Grambois, une garrigue de Limaye en garde encore le souvenir: Galimbert, qui vient de Garimbert, soit le nom latin de Garembodio, qui désigne Grambois. Avant cette date, les Templiers ont construit une véritable forteresse, le long d'une voie allant de La Tour d'Aigues à Manosque en passant par Sainte-Tulle, voie oubliée aujourd'hui.


Ruines de la commanderie des Templiers - Sources: Archives du Vaucluse Planches 17 et 18

Cette forteresse, dite Regarde-moi-venir, est dite en 1720, lors d'une visite pastorale de l'archevêque d'Aix, Sainte-Madeleine, qui rappelle une léproserie, la lèpre ayant presque disparu à cette époque. Le lieu est dévolu aux Hospitaliers-St-Jean de Jérusalem, probablement comme beaucoup de biens templiers, vers 1308-1309. C'est eux qui évoquent à cette date de 1720: le domaine de la Madeleine, anciennement des Templiers.
Au quartier du Revest, sur la Tour d'Aigues, existe une chapelle Sainte-Catherine
Chapelle Sainte-Catherine
, non loin d'un domaine dit Lachau ou Lachaude. Ce toponyme de Lachau existe également autour de La Cavalerie de Limaye
La Cavalerie de Limaye
. Il est intéressant de trouver les Templiers installés à Lachau, dans les Alpes-de-Haute-Provence, proche de la Commanderie des Omergues. De plus, il semble que les Lachau aient donné des années de leur vie et de leurs biens pour le Temple à plusieurs reprises (lu sur Internet). Il serait intéressant de faire leur histoire pour mieux comprendre l'installation des Templiers ici et là.

Pour ce qui est de Limaye et du Revest de la Tour-d'Aigues, j'ai découvert la présence des Amic de Vence, qui occupe le sud Luberon dès 1004, avec un Guillaume Amic à Cucuron.
En 1202 on trouve une Garcende de Limaye est dite prioresse, veuve de Rainier de Sabran, seigneur de La Tour-d'Aigues et cousin des Amic. Il arrive que des veuves quittent ainsi le monde pour finir leur vie auprès d'une congrégation caritative.
En 1219, Isnard Amic, fils de Bertrand Amic, dit de Limaye, et son cousin Reyne II de Sabran, donnent le Revest aux Templiers de Limaye, avec ce qu'il a à la Tour de Limaye, et au port de Cadarache, biens concédés à Pons de Limaye, commandeur. Testament-Bertrand-Amic
Un certain Pierre Berbegarius est dit donateur de biens au Revest. Il est le descendant d'un autre Berbegarius, compagnon d'arme des Amic qui furent en Terre-Sainte. Est-ce eux qui rapportèrent de Palestine un morceau de la Vraie Croix, déposée dans leur chapelle de Limaye ?

En 1209, Guillame de Sabran-Forcalquier se donne aux Templiers de Limaye. Après avoir bien guerroyé, pendant des années, c'est un homme très ambitieux, il a longtemps fait la guerre au comte de Provence Raymond-Bérenger V pour devenir comte de Forcalquier. Il entre chez eux où il meurt et est enseveli en 1250.

La suppression du Temple en 1307, amena les autorités du pays d'Aigues à visiter les lieux de Limaye et du Revest, ils arrêtèrent quelques chevaliers et leurs serviteurs qui furent enfermés d'abord dans les prisons de Pertuis, puis dans le château de Meyrargues. Je ne sais pas ce qu'il en est advenu ? Nous avons des inventaires détaillés des terres et des objets trouvés sur les lieux. Je ne sais pas quelle source a utilisé Honoré Bouche qui donne une liste de chevaliers faits prisonniers. Je ne l'ai jamais trouvé, mais je n'ai pas dépassé les archives proches: Marseille, Avignon et Digne.
Sources: Etude réalisée par M. Christiane Boekholt. Mai 2013

Etudes templières visitées 512372 fois

Licence Creative Commons
Les Templiers et Les Croisades de Jack Bocar est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 4.0 International.
Fondé(e) sur une oeuvre à http://www.templiers.net/.
Les autorisations au-delà du champ de cette licence peuvent être obtenues à http://www.templiers.net/.