Les Templiers   Librairie templière   Les Croisades

Quelques ouvrages sur les Templiers

Cartulaire   Commanderies   Croisades   Ordres   Procès   Romans   Règle   Templiers   Hospitaliers   Histoire   Guides   Auteurs   Originaux   Gratuits
Librairie des Templiers
209Serbanesco   Gérard
Histoire de l'Ordre des Templiers et les Croisades
Edition originale

Afin de répondre aux lettres reçues, je me permets d'exposer les raisons qui m'ont déterminé à m'intéresser surtout à l'histoire de France.

Un peuple disparu n'est pas un peuple mort ! A côté des vestiges: monuments, objets d'art, constructions d'ordre social ou militaire, il y reste encore des réminiscences spirituelles.

Le peuple français a hérité des qualités de ses ancêtres: à côté du raffinement et de la beauté grecque, il conserve la solidité et la constance des Romains, la témérité des Normands, l'élan guerrier doublé de la méfiance des Gaulois. Même Attila, en traversant la France avec ses Huns, en 450-451, a laissé des traces. D'après les historiens turcs, tous les noms qui finissent par « ac » sont d'origine hunique. Nous héritons d'eux plusieurs mots, dont un d'usage courant « Attaque », ainsi que des noms des villages: Vouillac, Ribérac, Monbazillac, Montignac, etc., etc.

Il y a, dans le Français moderne, toute l'évolution et tout le progrès spirituel de tous les peuples qui ont contribué à sa formation.

Dans aucun autre pays du monde, vous ne trouverez un peuple semblable, s'intéressant à la vie et aux aspirations des autres ! Bien qu'individualiste, le Français se révolte contre toute injustice, et pleure avec les vaincus.

Les exilés politiques du monde entier, aujourd'hui comme hier, trouvent en France refuge et aide.

Il est aujourd'hui le seul peuple qui ne tienne compte ni des nationalités, ni des confessions, ni des races.

L'histoire de ce peuple, avec ses vicissitudes, pour arriver au Français d'aujourd'hui, m'a incité à étudier son évolution pour arriver à sa formation actuelle.

Il n'y a pas un autre pays dont le passé soit plus riche en événements, en batailles, en transformations sociales et surtout en idées nouvelles . ..

De plus, la France possède une situation géographique merveilleuse: c'est un pays de « carrefour ». Elle est baignée par trois mers, entourée de pays de mentalités et de cultures différentes. Cette situation géographique a influencé le caractère de son peuple. Le Français aime la lutte, le choc des idées, donc les discussions.

Editions Byblos. 1969
Année 1969
Top

 

204Grasset   Marie
Les évêques aux champs châteaux et manoirs des évêques normands au Moyen Age
Les vingt et un manoirs templiers en Normandie ont été mis en oeuvre aux XIIe et XIIIe siècle, et leurs implantations, le plus souvent loin des villages, contraste avec l'intimité de la plupart des manoirs ruraux des prélats normands avec l'église et l'agglomération.

Les vingt sites sont: Bourgoult (Eure), Baugy (Calvados), Valcanville (Manche), Fontaine-la-Cado (Eure), Repentigny (Seine-Maritime), Villedieu-la-Montagne (Seine-Maritime), Villedieu-les-Bailleul (Calvados), Vosmer (Calvados), Brettemare (Eure), Courval (Calvados), Bois-Hibou (Eure), Chanu (Eure), La Haie-du-Val-Saint-Denis (Eure), Renneville (Eure), Sainte-Vaubourg, (Seine-Maritime), Ivry-le-Temple, (Calvados), Bretteville-le-Rabet (Calvados), Bos-Normand, (Orne), Fresneaux, (Orne), Campigny, (Orne), Louvigny, (Orne).

La superficie des enclos s'établit dans une fourchette en 1,5 hectare et 8 hectares.

Villedieu-de-Montchevret (1,5 hectare), La Haie-du-Val-Saint-Denis (2,5 hectares), Grandvilliers (2,5 hectares), Saint-Etienne-de-Renneville (2,4 hectares), Voismer (2,4 hectares), Baugy (4 hectares), Campigny (6,4 hectares), Sainte-Vaubourg (8 hectares).

Les indices qui permettraient de qualifier ces manoirs de maisons fortes sont rares à l'exception des fossés, attestés dès le XIIIe à Ivry-le-Temple, Bos-Normand et Brettemare. Partout ailleurs les sources médiévales ne mentionnent que des murs de pierres, quelquefois terre ou de simple palissades.

Toutes les chapelles sont indépendantes, à l'exception de celle de Chanu accolée au logis et celle de Villedieu-les-Bailleul élevée hors de l'enclos.

(Sources des informations: M. Miguet, Templiers et Hospitaliers en Normandie, page 471, 284, 339, 302, 206, 159, 349, 411)

Sources de l'Ouvrage: Marie Grasset, Les évêques aux champs, Châteaux et manoirs des évêques normands au Moyen Age (XIe — XVe siècle). Editions Presses Universitaires de Rouen, le Havre, Caen.
978-2-84133-304-2
Top

 

164Duval   Michel
Foires et Marchés dans la Bretagne Médiévale
Edition Originale
Les Templiers et la Police des Foires et Marchés dans la Bretagne Médiévale

Institution d'origine féodale, la chevauchée semble avoir élé assez commune en Bretagne. Forme particulière du service d'ost, cette pratique qui avait pour but d'assurer à l'intérieur du fief, la police des foires et marchés, devait survivre dans notre province jusqu'à une époque assez tardive.

On sait toutefois peu de choses des origines de cette coutume dont il est fait fréquemment mention dans les aveux du xvie siècle. Tout porte à croire qu'elle naquit en Haute-Bretagne, à la fin du xne siècle, de la nécessité d'assurer aide et protection aux marchands contre les incursions normandes fréquentes à cette époque dans le nord-est de notre province.

Association Bretonne et Union Régionaliste Bretonne

Armand Prud'Homme — 1953 — Saint-Brieuc
année 1953
Top

 

159Delisle   Léopold
Opérations financières des Templiers
Edition Originale
Mémoire sur les opérations financières des Templiers.

Dans le mémoire que j'ai l'honneur de soumettre à l'Académie, je me propose d'examiner un point de l'histoire des Templiers qui ne me semble pas avoir encore été traité, et dont il faudra désormais tenir compte, quand on voudra déterminer exactement la place que l'ordre du Temple a occupée dans la société du moyen âge. Il s'agit uniquement d'opérations financières. Je voudrais montrer comment les Templiers, précurseurs ou émules des sociétés italiennes, ont eu pendant longtemps entre leurs mains une grande partie des capitaux de l'Europe et comment la confiance inspirée par le prestige dont ils étaient universellement entourés en a fait les banquiers ou les trésoriers de l'église romaine, de beaucoup de particuliers, de princes et de rois. J'insisterai principalement sur les services que, de ce chef, ils ont rendus aux rois de France et dont l'exposé mérite déformer un chapitre de l'histoire de nos institutions administratives au temps de Philippe Auguste et de ses successeurs jusques et y compris Philippe le Bel.

La plupart des textes que je rapporterai et que j'essayerai d'interpréter appartiennent au xme siècle; mais, comme les plus anciens nous montrent le jeu régulier d'un organisme très compliqué et parfaitement entendu, il est permis de supposer que l'origine de cet organisme remontait à une époque antérieure et que l'honneur de l'avoir établi et développé revient, sinon aux fondateurs de Tordre, du moins aux premiers grands maîtres, dont le génie administratif devait être à la hauteur de la ,bravoure chevaleresque.

Librairie C. Klincksieck 11 rue de Lille — Paris
Année-1889
Top

 

133Digard   Georges
Philippe le Bel et le Saint-Siège
Edition originale
Le terrible conflit qui éclata, au début du XIVe siècle, entre le Saint-Siège et Philippe le Bel, marque dans l'histoire ecclésiastique, aussi bien que dans l'histoire tout court, une étape dont on ne saurait exagérer l'importance. Les contemporains eux-mêmes, qui cependant ne semblent pas avoir saisi la véritable portée du débat, pressentaient les conséquences qui devaient en découler, tant au point de vue politique qu'au point de vue religieux. Les évêques de France, le 10 avril 1302, exposaient au pape les dangers que cette lutte faisait courir à leur pays, et les nobles du royaume écrivaient le même jour au Sacré-Collège que « li griefs esclandres qui pour ce est meus [...] est appareillez d'estre si grans et si cruelz que la generalle Eglise et toute Chrestienté s'en pourroit douloir à tousjours ». Il ne s'agit pas, en effet, d'un simple conflit d'intérêts entre le pape et le roi de France. La polémique doctrinale soulevée à propos de ce différend, et la passion que les tenants des deux partis apportèrent à la défense de leur thèse respective, suffisent à le prouver.

Année - 1936
Top

 

124Demurger   Alain
Vie et mort de l'Ordre du Temple
Le Temple est le premier exemple d'une création originale de l'Occident médiéval: l'ordre religieux et militaire.
Il fut créé au début du XIIe siècle, sur l'initiative de quelques chevaliers, pour incarner durablement les idéaux des croisades: la garde du tombeau du Christ et la protection des pèlerins. A mesure que grandissait son importance, il développait, à travers la chrétienté, un réseau de maisons et d'exploitations qui collectaient les ressources et les revenus nécessaires à la défense de la Terre sainte.
Une défense dont le Temple assuma, grâce aux forteresses qu'il détenait en Orient et aux combattants qu'il y expédiait, la plus lourde part. L'échec des croisades, l'effacement des
Etats latins de Terre sainte devaient sonner le glas de sa puissance et de sa gloire. Mais la mise en accusation des Templiers par le roi de France, puis leur disparition dramatique, en 1314, eurent assurément des causes plus complexes.
Ordre international, le Temple fut l'enjeu, le bouc émissaire de la formidable partie que se livrèrent alors pouvoir spirituel — le pape Clément V — et pouvoirs temporels — les monarchies de Philippe le Bel, de Jacques II d'Aragon, de Denis de Portugal, d'Edouard Ier et d'Edouard II d'Angleterre. Au fait des travaux les plus récents publiés en Allemagne, Italie, Espagne et Angleterre, l'auteur a saisi, dans leur ampleur fascinante, deux siècles d'une histoire qui n'en finit pas de susciter fantasmes et légendes.

Les Templiers seraient-ils toujours parmi nous.
2-02-020815-6
Top

 

123Demurger   Alain
Les Templiers. Une chevalerie chrétienne au Moyen Age
L'ordre du Temple est le premier exemple d'une création originale de la chrétienté médiévale occidentale: l'ordre religieux-militaire. Au XIIe siècle, dans le vaste mouvement de la réforme grégorienne et de la croisade, le nouveau chevalier du Christ, tel que saint Bernard l'a magnifié, prononce les voeux du moine, vit selon une règle, mais agit dans le siècle. Et, de quelle manière ! Puisque, pour sa foi, il combat, il tue et il meurt. Créé pour protéger les pèlerins de Jérusalem reconquise par les croisés, il étend sa. mission à la défense des Etats latins d'Orient, puis à l'Espagne de la Reconquista. Sa mise en accusation brutale, en 1307, par le roi de France Philippe le Bel, fut suivie d'un procès inique et de sa suppression en 1312. L'ordre du Temple est devenu le bouc émissaire d'un conflit qui le dépasse et qui fut exacerbé en France par la personnalité du roi et de ses conseillers: le conflit entre un pouvoir spirituel sur la défensive et l'Etat moderne qui s'affirme en Occident depuis le milieu du XIIIe siècle.
2-02-066941-2
Top

 

122Demurger   Alain
Jacques de Molay: Le crépuscule des templiers
Chacun sait la fin tragique du Temple, cet ordre religieux militaire fondé au XIIe siècle, l'un des plus puissants d'Occident, dont le procès, intenté par Philippe le Bel en 1307, alimente aujourd'hui encore bien des légendes et des controverses. Peut-être connaît-on moins Jacques de Molay (v. 1244-1314), dernier grand maître du Temple, qui périt dans les flammes du bûcher pour avoir refusé de renier son ordre. A dire vrai, l'homme, originaire de la Comté de Bourgogne, ne fait guère parler de lui tout au long d'une carrière discrète en Orient. élu à la tête des templiers en 1292, il est confronté à la chute des états latins après la prise d'Acre par les Mamelouks. De Chypre, où les chrétiens d'Orient se sont repliés, il anime alors la lutte pour la reconquête de Jérusalem, en s'appuyant sur une alliance avec les Mongols. Mais cette stratégie échoue, et le grand rêve prend fin.

Convoqué en France par le pape Clément V pour y discuter de la croisade et de la fusion entre les ordres du Temple et de l'Hôpital, Molay se trouve pris au piège d'une machination qui le dépasse et qui porte un coup fatal aux templiers. Alain Demurger, au regard de documents inédits récemment portés à sa connaissance, revient, dans cette édition revue et augmentée, sur le parcours d'un homme méconnu, souvent mal jugé par la postérité, mais non sans caractère et ambition. Modifiant au passage quelques dates et données considérées jusqu'à présent comme établies, il évalue, dans une enquête passionnante, la part de responsabilité du dernier grand maître dans le procès du Temple et les véritables motifs de celui-ci.
978-2-228-90235-9
Top

 

121Huchet   Patrick
Les Templiers, une fabuleuse épopée
Ce vendredi 13 octobre 1307 se déroule un évènement exceptionnel: l'arrestation, au petit matin, de la quasi-totalité des Templiers, dans leurs commanderies du royaume de France [...] un coup de filet policier d'une rare efficacité, programmé, planifié, à l'initiative de Philippe le Bel et de son principal conseiller, Guillaume de Nogaret.

La nouvelle fit grand bruit en Occident, tant l'ordre du Temple, fondé dans les années 1119-1120, paraissait si puissant, autant dire intouchable [...] mais au fait, tous les templiers ont-ils été faits prisonniers.

Fruit de recherches actives durant des années, cet ouvrage fait le point sur les origines, l'extraordinaire développement et la (triste) fin de cet ordre militaro-re1igieux, glorieux entre tous. A l'aide de documents rares, parfois inédits, de magnifiques enluminures extraites de manuscrits médiévaux, Patrick Huchet vous invite à découvrir cette fabuleuse épopée que fut l'histoire des Templiers.

Biographie de l'auteur
Patrick Huchet a suivi des études d'histoire avant de se tourner vers la recherche historique et l'écriture. Il est auteur de nombreux ouvrages aux Editions Ouest-France dont Sur les chemins de Compostelle et Les Templiers, de la gloire à la tragédie. Passionné par le Moyen Age, il n'a de cesse de faire partager son enthousiasme.

Editeur: Ouest-France (2 octobre 2007)

13: 978-2737338526
Top

 

120Sieuzac   Monique
Templiers et hospitaliers dans le Lot-et-Garonne
Au cours des XIIe et XIIIe siècles, templiers et hospitaliers ont créé de nombreuses commanderies dans l'actuel département du Lot-et-Garonne. Parfaitement structurées et hiérarchisées, administrées par des hommes soumis à une règle communautaire, ces vastes exploitations agricoles avaient acquis une importance exceptionnelle. Illustrées par de nombreuses photographies (110) de Jean-Luc Alias, cet ouvrage présente les vestiges des maisons templières et hospitalières du département.


Editions Cheminements



Sans
Top

 

96Huchet   Patrick
Les Templiers de la gloire à la tragédie
Ils sont partout présents en terre de France: toutes ces localités vantant leur église ou chapelle « templière », ces souterrains abritant leur fabuleux trésor [...] Tenez, moi-même, je fus longtemps convaincu, à la suite des affirmations de mon grand-père, de l'existence d'un hameau des « Moines-Rouges », à côté de celui de mon village natal. Hélas ! tout cela n'était que pure légende [...]

Et toutes ces sociétés « secrètes » qui, du Temple s'affirment leurs héritières, n'hésitant point à y ajouter, au besoin, un soupçon de « franc-maçon » [...]

L'ordre du Temple a été dissous, l'an de grâce 1312, mais il semble toujours aussi vivant, du moins dans les mémoires, comme le prouvent les milliers d'ouvrages et d'articles qui lui sont consacrés. Une précision s'impose d'emblée, il y a l'histoire de l'Ordre et celle de sa légende [...] qui continue à faire couler beaucoup d'encre ! Seul, le premier aspect de l'épopée templière intéresse cet ouvrage: tenter de comprendre comment et pourquoi le « Temple » a connu cette réussite indéniable, une expansion telle qu'il devint, au XIIIe siècle, une redoutable puissance militaire et financière, en Orient comme en Occident.

Et pourtant, les « Pauvres chevaliers du Christ et du temple de Salomon » se comptaient sur les doigts de la main lorsqu'ils répondirent à l'appel du chevalier champenois Hugues de Payns [...]

2-7373-2883-7
Top

 

85Czmara   Jean-Claude
Sur les traces des Templiers
Tout a été dit sur les Templiers. Il faut s'évertuer à choisir. Que retenir de cette épopée fantastique.
Plusieurs tableaux doivent imprégner nos mémoires: La prière: ils étaient moines avant tout. Réveillés à 2 heures pour réciter 13 patenôtres et levés à 4 heures pour la messe.
Le secret: des cérémonies d'admission de nuit dans la salle du chapitre, un rite initiatique riche de symboles.
Enigmes et connaissances des architectes, des astronomes, des religieux orientaux.
Le travail de la terre, du bois, des métaux, de la pierre, du cuir [...]
Le commerce des tissus, de l'argent.
Les commanderies, les navires, les cathédrales [...]
La guerre, les farouches soldats, les chevaliers protecteurs des pèlerins, fers de lance des croisades [...]


Association Hugues de Payens
Top

 

78Reju   Daniel
La Quete des Templiers et L'Orient
Fresque historico-ésotérique, cet ouvrage évoque le symbolisme cher aux Templiers, particulièrement celui des nombres 7 et 9. Il entend également étudier le mystère profond des
origines de l'Ordre, la filiation ininterrompue d'un certain « esprit templier » depuis le Celtisme et ses Druides jusqu'à l'apparition exotérique du phénomène templier en 1118. Mais
surtout l'auteur s'attache à approfondir deux des trois missions essentielles de l'Ordre du Temple: la première consistait à promouvoir une sorte d' « école de l'humain » la seconde, tout aussi importante, résidait en une confrontation de l'initiation occidentale et celtique avec celles en vigueur au Proche-Orient à l'époque médiévale. Le Temple tentait ainsi l'union de la Croix et du Croissant, de l'Occident et de l'Orient, conscient de l'identité de la tradition primordiale: le savoir des Gnostiques, des Esséniens, des Druzes, des Ismaéliens, des Zoroastriens, en différait guère de celui des Druides. Bien au contraire ils ne pouvaient que s'avérer complémentaires.


2-268-00039-7
Top

 

77Girard-Augry   Pierre
Aux Origines de l'Ordre du Temple
Aux origines de l'Ordre du Temple, tout paraît limpide. Un ordre religieux, créé sous l'impulsion de Bernard de Clairvaux, répond au besoin du moment: il faut conquérir et tenir la Terre sainte pour le plus grand profit, non seulement spirituel de l'Eglise et des pèlerins, mais aussi temporel des croisés d'Orient, des princes occidentaux, et peut-être pour accomplir
d'autres missions plus précises, plus ponctuelles et plus discrètes.

Comme le dit si bien Paul Deschamps dans son étude Les châteaux des croisés en Terre sainte: « Malgré l'arrivée de nouvelles croisades avec des armées nombreuses, malgré aussi les renforts continuels des chevaliers qui venaient faire leur pèlerinage et demeuraient quelque temps en Orient pour prendre part à une campagne ou à un siège, les souverains des états de
Terre sainte n'auraient pas maintenu si longtemps leurs conquêtes s'ils n'avaient eu l'appui des ordres de l'Hôpital et du Temple dont les garnissons occupaient la plupart de leurs forteresses et dont les contingents prenaient part à tous les combats. »


2-908068-12-5
Top

 

72Melville   Marion
La Vie des Templiers
Il peut sembler téméraire de traiter encore une fois un sujet qui a déjà attiré l'attention de trop nombreux auteurs, et qui a servi de thème aux polémiques les plus diverses. Pour essayer d'y apporter une lumière neuve, j'ai laissé aux Templiers le soin de s'expliquer eux-mêmes, à travers leur Règle et leurs Statuts, leur Cartulaire et leur Bullaire, leurs lettres (plus nombreuses et plus instructives qu'on n'aurait supposé) et les écrits de leurs amis. Cette étude se base donc entièrement sur des documents contemporains. Si j'ai l'air parfois de rédiger un plaidoyer pro domo c'est que les Templiers plaident ici leur propre cause.

En étudiant l'ordre du Temple, j'ai évité de refaire l'histoire des croisades, tâche qui serait superflue après l'oeuvre magistrale de M. Gousset: je n'ai considéré que les événements auxquels les Templiers furent directement mêlés, en laissant de côté d'autres faits tout aussi significatifs pour la Terre sainte.


2-07-024377-X
Top

 

59Bordonove   Georges
Les Templiers
Ils vivent sans avoir rien en propre, pas même leur volonté. Vêtus simplement et couverts de poussière, ils ont le visage brûlé des ardeurs du soleil, le regard fier et sévère: à rapproche du combat, ils s'arment de foi au-dedans et de fer au- dehors; leurs armes sont leur unique parure; ils s'en servent avec courage dans les plus grands périls, sans craindre le nombre, ni la force des Barbares: toute leur confiance est dans le Dieu des armées; et, en combattant pour Sa Cause, ils cherchent une victoire certaine ou une mort sainte et honorable.

0 l'heureux genre de vie, dans lequel on peut attendre la mort sans crainte, la désirer avec joie, et la recevoir avec assurance !

SAINT BERNARD DE CLAIRVAUX


Annee - 1963
Top

 

58Bordonove   Georges
La vie quotidienne des Templiers au XIIIe siècle
L'ordre du Temple atteignit le zénith de sa puissance et de son rayonnement au milieu du xin6 siècle. C'est donc la période choisie pour en décrire, non point « l'écorce » selon la belle expression des dignitaires et commandeurs accueillant les postulants, mais l'intérieur à ses différents niveaux et dans ses diverses structures.


Annee - 1975
Top

 

55Cerrini   Simonette
La Révolution des Templiers
UNE HISTOIRE PERDUE DU XIIe SIECLE

De l'extraordinaire histoire des Templiers (1120-1312), seuls neuf manuscrits subsistent aujourd'hui qui en racontent la genèse. L'historienne Simonetta Cerrini les a longtemps cherchés avant de les trouver l'un après l'autre: à Rome, à Bruges, à Prague [...] Jusqu'à Baltimore aux Etats-Unis — comme un jeu de piste, à la manière d'une enquête. Chaque manuscrit forme un chapitre de cet ouvrage, décrivant les règles de cet Ordre, la vie au quotidien de ses membres, mais aussi la personnalité du premier Grand Maître des Templiers, Hugues de Païens. En 1120, celui-ci eut l'idée de fonder à Jérusalem une société alternative à celle de son temps, où l'on pouvait accéder au sacré sans se couper du monde, être à la fois religieux et laïc. Mais l'Ordre du Temple voulait aussi s'ouvrir au plus grand nombre, refusant par exemple l'usage exclusif du latin, trop élitiste à ses yeux, et se montrant très tolérant, curieux des autres expériences religieuses, l'islam par exemple, comme en témoigne ici l'amitié entre les premiers Templiers et le célèbre émir Ousama.

Cette histoire perdue du XIIe siècle fait apparaître le caractère novateur et original de l'Ordre en même temps qu'elle en renouvelle profondément l'approche. On comprend ainsi combien la création de l'Ordre des Templiers fut une idée révolutionnaire. A l'aube du xive siècle, alors que plus rien en Terre sainte ne retenait les Européens, l'Ordre fut interdit. En France, Philippe le Bel obtint leur condamnation, mettant un terme à une aventure spirituelle qui avait duré plus de deux siècles.

Historienne italienne, spécialiste des Templiers, Simonetta Cerrini est l'auteur d'une thèse sur la spiritualité de l'Ordre du Temple. Membre de la Society for tfte Study of the Crusades and the Latin East, elle prépare une édition critique de la Règle du Temple et de la Lettre aux Templiers du premier maître.
978-2-262-019223-5
Top

 

54Pernoud   Régine
Les Templiers chevaliers du Christ
En 1099, les croisés de Godefroi de Bouillon prennent Jérusalem. Reste à défendre ce poste avancé de la chrétienté. En 1118, neuf chevaliers francs décident de consacrer leur vie à la cause des pèlerins en Terre sainte; ils prennent d'abord le nom de « Pauvres Chevaliers du Christ », puis, après que Baudouin II leur a donné pour résidence une salle de son palais de
l'esplanade du Temple, il deviennent les chevaliers du Temple; les Templiers.


2-07-0531286-0
Top

 

50Saint-Hilaire (de)   Paul
Les Sceaux Templiers
J'ignorais certes, le jour où je décidai de répertorier les sceaux de l'ordre du Temple conservés dans les dépôts d'archives et les musées, au sein de quel univers curieux allait m'entraîner cette spécialisation à laquelle me conviaient mes études. En fait et sans le savoir encore, j'ouvrais par là une voie nouvelle, jamais frayée, vers l'élucidation de cet ésotérisme templier qui avait tant intrigué les érudits du siècle dernier, le secret des mystérieuses pratiques reprochées à ces chevaliers, qui leur valurent en 1307 l'emprisonnement dans les geôles de Philippe le Bel, puis la condamnation par le pape Clément V.

Je m'aperçus très vite combien ces sceaux étaient méconnus, mal interprétés. On se répétait les mêmes erreurs, on en rajoutait. . .


2-86714-110-9
Top

 

49Champdor   Albert
Saladin Le plus pur Héros de L'Islam
Edition Originale
Au VIIe et au VIIIe siècles de l'ère chrétienne, la formidable explosion de l'Islam ébranla le vieux continent, et le monde arabe connut une brillante période d'expansion territoriale et religieuse, de rayonnement intense dans le domaine des sciences et des arts. Ce fut « l'âge d'or » des historiens arabes, une fête ininterrompue. Le rêve des socialistes modernes de se voir pensionnés et nourris par l'Etat était réalisé. Après avoir menacé l'Europe, l'Islam se stabilisa. Et bientôt, dans l'énorme masse musulmane, subitement apparue dans l'histoire du monde à un moment particulièrement critique pour l'Occident secoué par les invasions sarrasine et slave, les rivalités dynastiques et la crise romaine du IXe siècle, d'inquiétants foyers d'agitation ne tardèrent pas à se manifester parmi les fanatiques propagateurs des cent quarante sourates du
Coran, concises et obscures, qui pouvaient être différemment interprétées [...]



Annee - 1956
Top

 

40Pernoud   Régine
Les Templiers
Ver 1099, les croisés ont repris Jérusalem et les Lieux saints de Palestine tombés aux mains
des musulmans quatre cents ans auparavant et qui, à une date beaucoup plus récente, ont été soumis au pouvoir des Turcs Seidjoukides dont l'invasion en Asie mineure fait l'effet d'un raz de marée et dont la victoire sur les forces de l'Empire byzantin (bataille de Mantzikert, 1071) a été pour celles-ci un véritable désastre.

Le mouvement des pèlerinages n'avait jamais été totalement interrompu, sinon aux périodes de persécutions particulièrement cruelles contre les chrétiens comme l'avait été, par exemple, le règne du calife Haïdm au début du XIe siècle. Il allait être considérablement stimulé par cette reconquête des Lieux saints, mais continuait à n'être accompli que dans des conditions précaires, car la plupart des barons croisés, une fois rempli leur voeu, regagnaient l'Europe [...]


2 13 044401 6
Top

 

38Simon   Jean
Les Templiers en pays d'OC et du Roussillon
A l'heure actuelle, bien peu nombreux sont ceux qui pensent encore que Chateaubriand fit oeuvre d'historien [...] Même si, comme c'est très probable, lui-même en était persuadé: en son temps, il faisait autorité en la matière. Exprimant, non sans quelque courage, la philosophie de l'intelligentsia aristocratique et royaliste, il donna le ton aux critiques, aux analyses et aux essais littéraires préparant le romantisme. A de nombreux égards, cet écrivain proposa des « modèles ». Cela dit, un monument tel que Le Génie du christianisme n'a pu être composé et édité qu'avec l'aval de l'Eglise. On a donc tout lieu de penser que, dans le contexte d'une idéologie exposée de façon très orthodoxe, cette oeuvre exprime une position « officielle » lorsqu'elle évoque, entre autres sujets, les Templiers, leur histoire, leur action [...] tels qu'il était de mise de les imaginer, à l'époque, dans les cercles cultivés — les seuls qui vaillent — d'une classe sociale conservatrice et bien-pensante. Quelques lignes étonnantes réduisent l'histoire du Temple à celle d'un ramassis d'aventuriers, sombrant finalement dans l'hérésie la plus abjecte. Cet Ordre aurait, selon Chateau-briand, bénéficié d'une légende abusive, accroissant considérablement son rôle lors des croisades [...] Quelques lignes plus loin, l'auteur parle du Temple comme d'une « puissance bancaire en son temps inégalée »


2-86266-285-5
Top

 

37Leroy   Thierry
Hugues de Payns
Hugues de Payns est, selon toute vraisemblance, né au château de Payns. La chronologie des maîtres du Temple suggère qu'il serait né vers l'an 1070 et qu'il serait apparenté à la famille des comtes de Champagne mais on ne sait rien de son ascendance ni de son enfance. Il se peut également qu'Hugues de Payns soit un descendant du carolingien Hildemar, possesseur de terre à Payns.

On peut penser qu'à l'image des autres jeunes nobles de son temps, il devint majeur vers l'âge de quatorze ans, puis écuyer d'un chevalier de son entourage, peut-être du comte, et enfin chevalier lui-même. Il reçut son fief de Payns, soit en héritage de son père, selon l'usage qui commençait à se répandre, soit directement du comte de Champagne.


2-9507895-6-0
Top

 

36Curzon (de)   Henri
La Maison du Temple de Paris
L'établissement religieux et seigneurial dont nous nous proposons de faire l'histoire dans ce volume, n'est plus aujourd'hui qu'un souvenir. Après avoir, pendant près de sept siècles, depuis le second quart du VIIe siècle jusqu'à la Révolution, possédé tout un quartier de notre vieux Paris, exercé autour d'elle une véritable influence et joui de droits qui tenaient en échec les cours souveraines elles-mêmes, la Maison du Temple a disparu tout d'un coup, comme tant d'autres institutions vieillies et affaiblies, sans laisser aucune trace. De l'imposant ensemble de ses monuments, église, donjon, cloître et bâtiments conventuels, et des constructions de toute sorte, hôtels et maisons commerçantes, qu'environnaient et abritaient les fortes murailles de son vaste Enclos, il ne reste plus pierre sur pierre.

Seules les Archives du Temple sont toujours là, pour nous dire ce qu'il a été: recueillies aux Archives Nationales, elles forment encore, malgré des pertes nombreuses, un ensemble considérable et bien homogène.


2-914946-09-0
Top

 

31Dailliez   Laurent
Jacques de Molay dernier Grand-Maître du Temple
Ecrire la biographie de Jacques de Molay pose divers problèmes qui, dans l'ensemble, sont ou paraissent impossibles à résoudre sans l'appui des documents. Lorsque Monsieur Robert Amadou m'a demandé d'écrire, pour la collection qu'il dirige, une vie véritable du dernier Grand-Maître du Temple, il a bien fallu se pencher sur le cas de Jacques de Molay, car il s'agit bien d'un cas. Généralement, une étude sur un personnage reste, malgré tout, dans le cadre du sentiment et bien souvent il arrive que l'on oublie la stricte vérité pour ne se fier que sur un ou deux faits précis de l'histoire, d'où la légende. C'est ce qui se passe pour Jacques de Molay que l'on veut faire passer pour un grand homme, pour le seul martyr de l'Ordre du Temple.

Qu'en est-il au juste. Tout au cours de cette étude, on va s'apercevoir du caractère orgueilleux, instable et lâche par entêtement, principalement au moment le plus critique de l'histoire de l'Ordre, c'est-à-dire lors des Interrogatoires.


Pas d'ISBN
Top

 

30Mirepoix   Levis
Le siècle de Philippe le Bel
Edition Originale
Le 5 JUIN 1288, dans la troisième année du règne de Philippe le Bel, se célébra, comme un rite, un grand combat de chevalerie, tout pareil à ceux que décrivaient les romans de la « Table Ronde », fort en vogue à cette époque;

Le duc de Brabant et le comte de Luxembourg se disputaient la possession du duché de Limbourg. Tant pour éviter l'effusion du sang qu'allaient répandre des armées nombreuses que pour rendre témoignage à la survivance des vieilles traditions féodales, ils donnèrent, d'un commun accord, congé à leurs gens de pied et décidèrent de ne défendre leurs droits qu'avec des chevaliers de bonne volonté. Puis ils s'envoyèrent le gage de bataille.


Pas d'ISBN
Top

 

26Meleville   Marion
Tableau des Maisons du Temple de France
Tous ceux qui s'intéressent à l'histoire authentique de l'Ordre du Temple (1118-1311) sont d'accord depuis longtemps « qu'il faut traduire le Léonard ». Ce Catalogue des maisons du Temple en France fut rédigé et édité par le Marquis d'Albon, qui s'arrête en 1150. Comme ce Catalogue (1150-1317) était destiné aux chercheurs de toute nationalité, qui devaient forcément être latinistes, Léonard rédigea son recueil en latin.

Mais depuis la publication du Catalogue en 1927, la recherche historique s'est quelque peu détournée du Moyen Age, tandis qu'un public qui ne lit pas le latin s'intéresse vivement aux Templiers; c'est pour ce public que j'ai traduit la partie la mieux documentée de cet ouvrage, qui couvre la Provence et le Languedoc, en remontant jusqu'au Comtat Venaissin et au Larzac.

En remettant en français les noms des localités consignés sur les chartes dans un latin approximatif, et en consultant le Dictionnaire des Communes de France (1980) j'ai pu retrouver les lieux d'origine de la majorité des Commandeurs cités par Léonard, soit avec certitude, soit avec une grande probabilité, et en même temps reconstituer leur carrière dans l'Ordre, ce qui donne un intérêt accru au Catalogue.

J'ai respecté scrupuleusement le travail de Léonard, en mettant en italique les commentaires que j'ai pu y apporter; comme son livre est d'une autorité reconnue, j'ai allégé, ou supprimé les références fournissant des preuves à l'appui, et j'en ai fondu d'autres dans le texte.


Editions du Giet
Top

 

21Dailliez   Laurent
Les Templiers ces Inconnus
L'Ordre du Temple reçut le coup de grâce en 1317 quand le pape Jean XXII confirma l'Ordre de Montesa dans le royaume d'Aragon. Dans la bulle de création, le souverain pontife reprenait la sentence provisionnelle de son prédécesseur. Clément V. Le Temple était définitivement aboli. Durant près de deux siècles, les Templiers avaient été les conseillers, les diplomates, les banquiers, les artisans sociaux et économiques des papes, des empereurs, des rois et des seigneurs. Durant ce même temps, avec des constitutions synarchiques bien à eux et de puissants moyens financiers, ils avaient défendus les idéologies de l'Eglise.

La fondation de l'Ordre du Temple remonte aux premiers temps du royaume de Jérusalem. Le 27 novembre 1095, Urbain II, chassé d'Italie par l'anti-pape Guibert, convoqua devant le Concile réuni à Clermont, en Auvergne, la première assemblée de Croisade. Il y parla de la situation tragique de la chrétienté en Espagne et en Palestine, et il fut entendu. Un élan d'enthousiasme traversa la foule.

Le Cercle du Nouveau Livre
Top

 

17Carraz   Damien
Les Templiers et la guerre
Introduction

Fondé à la suite de la prise de Jérusalem par la Première croisade en 1099, l'ordre du Temple a représenté l'une des expériences religieuses les plus novatrices du Moyen Age. Pour la première fois en effet, l'Eglise conférait un mode de vie religieuse régulière à des combattants en leur assignant la mission de défendre, par les armes, les Lieux saints contre les infidèles musulmans. Ne relevant exactement ni de l'ordo canonicus (ordre des chanoines), ni de l'ordo monasticus (ordre des moines), le statut hybride et tout à fait inclassable des « frères guerriers » suscita d'abord incompréhension et débats — mais ce fut le cas de tant d'autres expériences spirituelles nouvelles. Assez rapidement, les Templiers n'en inspirèrent pas moins la démarche d'autres institutions religieuses vouées à la guerre aux différentes frontières de la chrétienté, en Terre sainte (militarisation de l'Hôpital de Saint-Jean, Teutoniques), dans l'Hispania de la Reconquête (Calatrava, Santiago, Avis et bien d'autres) et jusqu'aux bords de la mer Baltique (Porte-Glaive, milice de Dobrin). L'étrange synthèse entre mode de vie régulière et service armé s'était progressivement normalisée, même si la théologie et le droit canonique, pourtant si soucieux d'ordonner les différentes formes de vie religieuse à partir du XIIe siècle, ne réserva jamais au Temple et à ses émules un statut clairement défini. Apparu au XVIIe siècle, le concept historiographique d'« ordre religieux-militaire » resta en effet relativement flou et fut longtemps mal distingué de celui d'« ordre chevaleresque ». Aujourd'hui encore, les historiens éprouvent presque autant de difficultés que les théologiens médiévaux à cerner les contours juridiques et spirituels du Temple et des autres milices. Pour qualifier l'institution templière, les sources médiévales emploient les dénominations, consacrées par le droit canonique, de domus (Templi), « maison », d'ordo, « ordre », de religio, « religion » dans le sens d'institution religieuse, ou bien encore de militia. Ce dernier terme, complexe mais le mieux approprié à la spécificité templière, peut se traduire ici par « chevalerie » ou « milice », dans le sens de « corporation » de combattants. Cette idée de militia, qui depuis saint Paul s'appliquait à la lutte spirituelle de celui qui « milite pour Dieu », est donc celle qui renvoie le plus clairement à la dimension guerrière des Templiers. Ordre religieux parmi d'autres, le Temple assumait bien une orientation spirituelle et charitable, mais sa vocation militaire le mettait résolument à part.

C'est cette vocation militaire que ce livre entend explorer dans ses dimensions multiples: guerrières évidemment, mais également sociales et spirituelles. Cette approche « globale » n'est en soi guère originale: elle s'inscrit dans l'historiographie actuelle qui, loin de l'histoire-bataille traditionnelle, vise à une histoire totale du domaine de la guerre. Celle-ci n'est donc plus seulement appréhendée du point de vue de l'événement ni même de ses structures, mais dans ses aspects sociaux, religieux, technologiques et même en tant que phénomène culturel. De fait, réfléchir sur les relations des Templiers au fait militaire, c'est nécessairement aborder de manière générale la place de la guerre au Moyen Age. En ce sens, l'ordre du Temple ne peut évidemment être appréhendé comme un phénomène isolé: il est le produit de la spiritualité et de la société de son temps. Sur le terrain militaire lui-même, on le verra, il n'y eut pas de formes de guerre spécifiques aux Templiers, et ceci d'autant que leurs contingents furent très fréquemment intégrés aux armées séculières.
Les sources ne distinguent donc pas toujours les frères guerriers des autres combattants, ce qui n'aide pas l'historien.
9-782917-575352
Top

 

11Charpentier   John
L'Ordre des Templiers
Les pensées religieuse et scientifique qui ignoraient délibérément, il y a peu de temps encore, la tradition initiatique, reviennent, quoique prudemment, sur le discrédit dans lequel elles la tenaient jusqu'alors.

La Chevalerie, aux enseignements toujours vivants, fait l'objet d'une attention particulière de la part de tous les cherchants dans leur quête de Vérité, sous les multiples aspects qu'elle peut présenter, en particulier celui de l'Ordre du Temple.

On peut s'interroger sur les sources d'information de l'auteur, John Charpentier, qui semble avoir été magnifiquement, guidé dans ses recherches. Les études récentes, l'examen de chapelles non remaniées, la confrontation riche d'enseignement de diverses traditions d'inspiration templière, confirment les réponses apportées par l'auteur à ce grand problème de l'Histoire, réponses qui transcendent singulièrement l'aspect purement historique de cette épopée.


Annee - 1961
Top

 

10Collectif   Collectif
Les Templiers en pays Catalan
Peu d'épisodes du Moyen-Age excitent autant la curiosité que l'aventure des templiers. La vie de leur ordre se présente selon le cycle d'une épopée: ascension, puissance et gloire, puis chute brutale, cruelle, injuste sans doute. Une histoire de l'héroïsme et du pouvoir, une histoire du complot et du malheur, une histoire mythique d'hommes étranges, différents, revêtus de la croix, parés de mille vertus, chargés des pires vices. Ce complexe amalgame de fascination et de mystère explique pour une part le succès des journées qui se sont déroulées les 18 et 19 janvier 1997 sur les lieux-mêmes où vécurent, agirent et finalement furent emprisonnés et interrogés les templiers du Roussillon.

Le public nombreux qui a participé aux manifestations prévues ces jours-là eut pourtant de quoi surprendre les organisateurs et les associations et municipalités qui s'étaient groupées pour la préparation de ces journées. Certes les motivations des auditeurs, curieux ou passionnés d'histoire, échappaient en partie aux grilles d'interrogation savantes et conventionnelles de l'histoire universitaire. Mais les questions à propos des « mystères templiers », des « souterrains templiers »


2-912966-06-X
Top

 

8Dubourg   Jacques
Histoires des Bastides de Midi-Pyrénées
Au début du haut Moyen Age, le terroir du midi et du sud-ouest de la France était loin d'être entièrement occupé. On y trouvait certes quelques grandes cités telles que Toulouse et Bordeaux. Des villages épars s'y étaient également formés au cours de l'Antiquité romaine mais la grande majorité de l'espace, notamment dans la zone correspondant à l'actuelle région de Midi-Pyrénées, était vide de constructions et de cultures. De vastes forêts recouvraient le pays. Beaucoup de terres étaient en friche et certaines vallées se révélaient impraticables en raison de l'imbrication de nombreux cours d'eau. Une végétation luxuriante envahissait le sol. La densité de la population était faible et l'habitat se caractérisait généralement par sa grande dispersion.

Puis, jusque vers le Xe siècle, l'Eglise évangélisa les campagnes. Elle créa des lieux de culte et des paroisses commencèrent à naître en de nombreux endroits. Le clergé s'efforça d'y rassembler des fidèles et d'y instituer de nouvelles communautés de croyants. Ses efforts furent généralement couronnés de succès et de multiples noyaux de villes et de villages se formèrent.


2-87901-229-5
Top

 

5Marillier   Bernard
Armorial des Maîtres de l'Ordre du Temple
Parmi les innombrables ouvrages parus sur l'Ordre des Templiers, jamais encore le sujet concernant l'héraldique de ses maîtres, ou grands-maîtres selon une expression chère aux auteurs modernes, et de son univers symbolique n'avait été étudié systématiquement de cette façon.

Certes, certains livres traitant des Templiers incluent parfois dans leurs chapitres quelques précisions sur la symbolique usitée par l'Ordre, encore que souvent superficielles et entachées, la plupart du temps, des phobies et fantasmes d'auteurs se voulant plus ou moins spécialisés dans le domaine templaro-ésotérico-alchimique, mais presque rien en ce qui regarde l'héraldique, en l'occurrence celle des maîtres, de loin la plus accessible, qui demeure le parent pauvre des études templières.



2-867-714-222-9
Top

 

Tous les ouvrages figurant sur ces pages sont ma propriété. Je les ai tous achetés personnellement. Pour certains d'entre eux, ils ont été offerts par les éditeurs afin qu'ils figurent dans la librairie de Templiers.net.
Librairies visitées 239792 fois

Licence Creative Commons
Les Templiers et Les Croisades de Jack Bocar est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 4.0 International.
Fondé(e) sur une oeuvre à http://www.templiers.net/.
Les autorisations au-delà du champ de cette licence peuvent être obtenues à http://www.templiers.net/.